UA-71725595-1 UA-71725595-1
Accueil Montpellier Malbosc Euromédecine | Tous les blogs de Montpellier | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


15/12/2015

Malbosc – Héloïse Combes au café littéraire ce mardi à la Maison pour Tous  

 « Les Talents d’ici » accueillent à Malbosc Héloïse Combes :

musicienne, auteure interprète. Une belle personne !"

photo concert.jpg

Héloïse Combes née à Montpellier, partage sa vie entre le sud de la France et le Berry, où elle puise son inspiration empreinte d’amour de la nature et de quête de la lumière. Parcours classique : chanteuse lyrique spécialisée dans le répertoire baroque, Héloïse emprunte des routes plus singulières.

AFFICHECafé.jpg

Chanteuse, auteur-compositeur, écrivain et photographe, elle est l'auteur de trois disques et de plusieurs livres parus et à paraître.

Bibliographie. La petite fugueuse, roman jeunesse, éditions du Citron Bleu. Pitres, dans la lumière, recueil de poèmes et photographies argentiques, éditions Stellamaris. Pense pas bête ! Collectif poétique, éditions Petit Baluchon. La petite nageuse du Nil, album jeunesse, éditions Oskar, texte Héloïse Combes, illustrations Georges Lemoine. Georges Roi ! Musée de l’illustration jeunesse de Moulins, texte pour le catalogue de l’exposition consacrée à Georges Lemoine. Guy Baudat et la forteresse de Chateaubrun document sur le sculpteur G. Baudat, éditions Jacques Flament. Arbres, Forêts ! Poèmes et photographies, livret d’art, éditions La maison de Clochette. Mon bel orage, roman, éditions de la Rémanence.

2015. Le sage sous le cèdre, conte en prose et haïkus illustré par Georges Lemoine, éditions Gallimard. Angeloup, recueil de poèmes, éditions Alice.  Isa la trop blanche et le thé de l’amitié, album jeunesse, Yseult éditions, texte Héloïse Combes, illustrateur Sess. Blanche et l’empereur, conte illustré de photographies argentiques, éditions La Maison de Clochette, livre d’art.

Discographie. Au Royaume des Canailloux, chanson pour enfants, autoproduction. Eaux Douces, chanson française, autoproduction. La nouvelle H, chanson française, autoproduction.

Contact. artemiss@live.fr

13/11/2015

Malbosc -«Le comité de quartier annule la journée propre de ce samedi en raison des attentats à Paris.

 

montpellier,malbosc,journée propre,comité de quartier malbosc bouge

Voilà déjà deux mois que Bernard, Betty, Danielle, Dominique, Hélène, Michel et Yvette, bénévoles de Malbosc-Bouge préparent la journée propre du quartier. Ils y vivent, et ce qu’ils voient chaque jour renforce leur conviction : la propreté doit être une priorité. « Pour autant, souligne Michel Morel, cette journée n’a pas pour finalité d’établir un registre de doléances. Au-delà du constat, nous voulons dire nos attentes, mais la propreté du quartier dépend aussi de nous. Cette rencontre permettra d’exprimer des propositions et de partager nos réflexions ».

P1290280.JPG

Les habitants sont invités afficher écrits, dessins, photocopies d’articles ou d’extraits de journaux ou magazines…, autant de supports de réflexion qui seront exposés sur la coulée verte pour alimenter échanges et discussions

 Cette initiative a été bien accueillie par la ville. Sonia Kerangueven, adjointe en charge du quartier Hôpitaux-Facultés, ainsi que les responsables de deux services municipaux concernés ont annoncé leur présence. En bas de la coulée verte un stand, avec tables et chaises, favorisera les rencontres. Un document de synthèse sera ensuite rédigé et alimentera ainsi une « boîte à idées » de propositions et réalisations qui s’inscriront dans le temps pour répondre à cette préoccupation bien partagée d’un quartier propre.

Rendez-vous samedi 14 de 10 h à 13 h au bas de la coulée verte,

entre la boulangerie et la pharmacie.

 

1AFFICHEpropre.jpg

 

 

 

29/12/2014

Malbosc – "Ce que je sais, et qui me réjouis, c’est l’histoire de ces lieux"

Le quartier où j’habite est perché, regardant en bas les arbres qui l’enserrent, le tram qui le longe, les larges perspectives des maisons hautes et basses colorées et ouvertes. Là  des pins maritimes, quelques platanes, des chênes verts et le plumeau de jeunes palmiers au détour d’un chemin. De jardins en terrasse, en balcons encombrés, on voit des plantes accrochées aux murs, d’autres basculant par-dessus les rambardes. Plus haut, de larges étendues d’herbes sauvages, où poussent des balançoires berçant les enfants excités.

Le quartier, où il habitait il y a 1.500 ans, était perché, regardant en bas les arbres d’un petit bois, et la rivière au loin qui parfois débordait. Il avait 10 ans alors, et avec plusieurs familles cultivait sur le plateau et sur les pentes le blé et la vigne du maitre Aurelius. Le blé était précieux car il était vendu à Rome comme l’avait fait son grand-père et son arrière-grand-père ! Quant à la vigne, c’était une habitude ici depuis des siècles, tous les ans des hommes et des femmes venaient de toute la Narbonnaise, pour fouler le raisin en chantant, certains même s’accompagnant à la flute. 

montpellier,malbosc,comité de quartier malbosc bouge,atelier écrure "ecrtits d'Ô

Dans le quartier il est des jardins petits et mystérieux, en bordure de colline, chacun explorant les saisons à sa manière. Là des arbres fruitiers, là des carrés de légumes alignés comme à la  revue ; ailleurs s’impose le désordre où explose-les plantes aromatiques, les fleurs sauvages, et les escargots. Si près de la ville, si près de la campagne, on ne sait de quel côté le quartier balance.

Dans le quartier où il habitait, il accompagnait parfois son père à la ville, ils prenaient le lourd chariot en bois, suivaient les sentiers puis la voie romaine ;  et si la vente avait été bonne, s’arrêtaient à Ambrussum. Là les thermes appréciés de tous les  attendaient, sans oublier les marchands autour de l’entrée, avec leurs produits venus de loin ; ça les  faisait rêver…. Car sa vie était simple et dure, il était trop pauvre pour aller à l’école, mais  savait faire plein de choses : s’occuper des bêtes, conduire le chariot quand il était peu chargé, fabriquer de jolis paniers, et même tisser parfois comme le faisait si bien sa mère. A 12 ans son père l’aurait peut-être emmené à Nîmes, aux arènes, il y aurait vu des bêtes terribles et des gladiateurs ; il aimait bien voir le monde et les cris, car là où il habitait c’était toujours pareil !

Dans le quartier il y a des sentiers bordés de ronces et des mures noires et juteuses. La nuit, lors de certaines fêtes, les arbres ressemblent à des lampions, les chemins sont soulignés de guirlandes lumineuses, on marche dans la lumière ; et j’ai vu certain soir sur la place, un piano jouer tout seul…C’est la fête de la nuit, au milieu de la musique et l’odeur chaude des crêpes. Dans ce quartier où je suis depuis si peu de temps, je ne connais pas encore les gens qui m’entourent ; leurs sourires, ou leurs regards m’incitent à aller plus loin dans ma découverte.

Mais ce que je sais, et qui me réjouis, c’est l’histoire de ces lieux. Il y a quelques temps on a découvert en fouillant profondément la terre alentour, une nécropole de plus de vingt tombes dont neuf enfants, et parmi eux celle d’un enfant de douze ans. J’ai beaucoup pensé à lui, à ses rêves, ses occupations ; que faisait-il ? Que voyait-il ? De quoi est-il mort ? Des nombreuses maladies qui en ce temps-là éliminaient les enfants ? D’un accident ? Tout est question sans réponse,… mais ce quartier était son quartier, et il est toujours le sien car il ne l’a pas quitté.

Michelle Joly

Récit mêlant réalité, souvenir ou fiction, extrait du recueil "C'est notre quartier" atelier "Ecrits d'ô" de Malbosc Bouge.