UA-71725595-1 UA-71725595-1
Accueil Montpellier Malbosc Euromédecine | Tous les blogs de Montpellier | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


09/07/2018

Malbosc – Le parcours sportif remarquable de Thomas Gibault : de la trottinette au championnat Scooter Free Style FISE 2018

En 2014, Thomas Gibault assiste avec ses parents au Festival International des Sports Extrêmes (FISE), du haut de ses dix ans découvre la pratique sportive de la trottinette. Ses parent lui offrent une trottinette, il débute ainsi avec un matériel tout simple. En 2018 il est 2e sur le podium du Scooter-Freestyle du Fise. Un parcours remarquable qu’il raconte tranquillement.

Que retiens-tu de ta performance ? L’épreuve est très physique. Avant de m’élancer pour cette figure de 45 secondes, eh bien je ressens un sacré stress. Mais dès que je me concentre sur ce que je vais faire je l’oublie, il disparaît... Et je me retrouve très fier sur le podium.

BlackFkipWip.png

BlackFlipWip

Comment es-tu arrivé à ce niveau ?

Au début je pratique tout seul ou avec des copains. J’apprends les figures basiques. Je monte progressivement à niveau et je suis capable de figures comme le salto arrière ; flair, briflip… Ça me plaît, je suis de plus en plus motivé. J’atteins rapidement un bon niveau, mes parents investissent dans un matériel haut de gamme : ce sera mon cadeau de Noël ! Il y a un sacré écart technologique avec ma première trottinette. Pour progresser encore et apprendre les techniques je rejoins un club le Roll'School…

A t’écouter tout semble facile ?

Ah non, ce n’est pas si simple. Au tout début on a l’impression de progresser rapidement, on croit que c’est facile. En réalité c’est très dur, il faut tenir. C’est beaucoup de travail. Un énorme investissement : trois fois par semaine des heures et des heures d’entraînement.

Il faut beaucoup de motivation, des entraînements individuel et en équipe ; une bonne préparation physique, un bon cardio, de la masse musculaire… Et en compétition il faut une préparation mentale, beaucoup de concentration.

Condor.png

Condor

Comment vois-tu ton avenir sportif ?

A cette passion s’ajoute aussi une motivation pour apprendre aux autres, j’entraîne les plus jeunes et je suis aussi arbitre. La prochaine saison j’évoluerai enOpen 16/17 et Je pourrais bénéficier de l’aide des partenaires de Rollschool comme Prorider 34.

Flair2.png

Flair

Mes parents m’ont toujours accompagné dans ma progression. Au début ils pensaient que ça aller me passer et comme je me suis vraiment accroché, ils m’ont soutenu. Il sont fiers de me voir à ce niveau et moi-même j’en suis surpris.

* Rooll’School « Une école pas comme les autres » pour la pratique du roller et de la trottinette acrobatique 06 38 39 32 60. https://www.rollschool.net/

08/07/2018

Malbosc – Un tractopelle terrasse le futur site du City Stade. Mais pourquoi ce chantier ne dit pas son nom ?

Début juin camions et tractopelle s’activent au terrassement d’une parcelle de terrain sur les hauts de Malbosc qui donne sur le quartier de la Mosson et Pierres Vives. Aucune pancarte n’annonce ces travaux, ni leur destination. Les plus curieux ont aussitôt donné l’information sur les réseaux sociaux, se félicitant de la réalisation d’une promesse du maire Philippe Saurel le 12 octobre 2017 lors de la réunion publique du quartier Hôpitaux.

P1060889.JPG

A la question « Quels projets proposés par notre conseil de quartier vont être réalisés ? », il avait indiqué que « Le city-stade de Malbosc sera budgétisé pour 2018, à l'occasion du premier budget participatif. 600 000 euros ont été fléchés pour les projets de sept conseils de quartier ». Promesse tenue. Mais pourquoi donc une telle discrétion alors que l’offre sportive s’élargit pour les habitants d’un quartier qui compte aujourd’hui un plateau sportif et un terrain de boules ? Gageons que dans quelques mois l’inauguration sera sûrement annoncée.

19:32 Publié dans Actualités, Associations, Loisirs/Culture, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : montpellier, malbosc, city-stade | | | |

24/05/2018

Euromédecine – Une quarantaine de marcheurs au départ du Walk Motiv Défi Aventure : un beau challenge à relever

Ils étaient une quarantaine au départ du Walk Motiv Défi Aventure 2018 ce mardi 22 mai à Villeneuve les Maguelone. Tous, résidents, éducateurs, patients, et cadres,– ensemble vont marcher jusquà Sète. Un défi sportif qu’ils se sont donnés « afin de faire changer le regard sur la différence et valoriser le fait que l'on peut " vivre sa vie pleinement malgré sa différence ".

marcheurs.jpg

Des marcheurs fin prêts pour randonner 3 jours durant

Ils vont ainsi arpenter routes, pistes cyclables et sentiers de petite randonnée trois jours durant. des Salins à Mireval, les Aresquiers, Frontignan puis Sète. Un superbe parcours de randonnée qui sera ponctué d’un pique nique aux Aresquiers et d'une  "soirée barbecue" à Cournonterral.

L’intérêt des activités physiques adaptées

Ce WalkMotiv’ Défi Aventure 2018 est l’une des manifestations du « Spécial JULIAN Ingrid (2).JPGAnniversaire »des10 ans de la plateforme Wallon Lainé et les 40 ans d’APSH34*. Il s’inscrit aussi dans le prolongement de la pratique d’Activités Physiques Adaptées proposées Ingrid Julian au Lieu Ressource de la Plateforme Wallon Laîné, dont l’activité « Marche ». Celle-ci se décline en petite randonnée en pleine nature de 8 à 10 kms avec en fonction de la saison un repas tiré du sac, en marche fractionnée et marche urbaine.. « Cette pratique des APA constitue un moyen d’œuvrer pour préserver l’autonomie, améliorer la santé et la capacité physique des résidents ». Nul doute que le groupe des marcheurs relèvera le WalkMotiv’ Défi 2018.

* Depuis 1973l'Association pour les Personnes en Situation de Handicap (APSH34),  http://www.apsh34.org/ s'engage en faveur des personnes en situation de handicap mental et psychique, afin de leur apporter accueil, soin, accompagnement, épanouissement social, éducatif, et/ou professionnel dont elles ont besoin

La Plateforme Wallon-Laîné avec trois foyers, deux services d'accompagnement et son Lieu Ressource, est un dispositif innovant accompagnant et soutenant les trajectoires et d'insertion des personnes en situation de handicap psychique. Contact. 04 67 58 69 32

 

07/05/2018

Malbosc - Le Jita Kyoei Judo 34 premier des clubs d’Occitanie : 3 judokas qualifiés pour le championnat de France

Le Jita-Kyoei judo 34 chaque année qualifie ses combattants. Il n’a pas dérogé à la règle en 2018. Le club montpelliérain arrive même à réaliser la performance d’être le 1er club de l’Occitanie en décrochant, comme en 2017, trois sésames ! Pour avoir la chance d’intégrer l’élite du judo français, il lui fallait se classer dans les 3 premiers d’un des 5 tournois de sélection organisés fin avril dans toute la France. C’est chose faite, en novembre il participera aux championnats de France de judo à l’Arena de Rouen.

Champions4.png

Jean Delonca (2ème à droite) obtient une médaille de bronze

remise par Emilie Andéol championne Olympique à Rio 2016

Ce sera une grande première, amplement méritée, pour Lucie Saidoun, en +78kg. En effet, après avoir raté sa qualification de peu en 2017, Lucie s’est remobilisée à l’échelon inférieur où elle obtient une médaille de bronze aux championnats de France 2ème division. Sur la lancée de ce podium, elle retente sa chance avec succès cette fois-ci. Lucie qui est également professeur de judo au club de Sérignan fait la fierté de ses jeunes élèves.

Farah Ansotegui-Garcia y participera elle pour une 2ème fois en -52kg. En novembre dernier, lors des derniers championnats de France, Farah n’avait pas été gâtée par le tirage au sort qui lui a offert un 1er combat contre une membre de l’équipe de France. Cette fois-ci, avec un peu plus de maturité et de chance au tirage, elle pourra envisager de gagner des combats.

Enfin, Jean Delonca, auteur d’un beau parcours l’an dernier en -90kg, s’était fixé un défi de taille : se qualifier dans la catégorie inférieure des -81kg… Malgré un régime éprouvant (10 kg perdus) et pas moins de 6 combats, le pari est réussi. Jean tentera de rééditer sa belle performance des chamionnats de France 2017.

Le Jita Kyoei aurait pu améliorer son bilan final puisque Marie-Delphine Parpillon (-63kg) et Abed Aliane (+100kg) ont atteind la ½ finale de leur catégorie respective sans parvenir à concrétiser leur belle prestation. Ils pourront tenter, à l’instar du reste du groupe senior, de se rattraper aux championnats de France 2ème division tout en aidant Farah, Jean et Lucie à se préparer au mieux pour leur finale nationale.

15/11/2017

Malbosc – Cinq judokas au championnat de France 1ere division le nouveau défi du Jita Kyoei judo 34

Jean Delonca, Mounir Mouh, et Farah Ansotegui-Garcia participeront aux championnats de France 1ère division qui réunissent les meilleurs judokas français. Le club Jita Kyoei judo 34, était déjà certain d’y être représenté puisque deux ses professeurs, Jean (24 ans) et Mounir (38 ans) avaient décroché leur qualification le 28 mai dernier respectivement en -90kg et -100kg.

Judokas1.jpg

Le club Montpellièrain a saisi l’occasion de la session de « rattrapage » du 21 octobre à Toulouse pour accroitre son contingent de qualifiés. Il y a engagé une douzaine de combattants pour décrocher un dernier sésame par catégorie aux combattants de la région. Farah Ansotegui-Garcia, la cadette du groupe, tout juste 20 ans, a décroché le quota régional, elle représentera son club et l’Occitanie en -52kg.

Farah une cadette de 20 ans déterminée

« C’est une belle récompense pour Farah dont le début de saison est bien chargé, souligne Mounir Mouh. En sus de ses études, entamées en septembre à l’IUT de Montpellier, Farah enchaine 3 à 4 entrainements de judo le soir entre 20 h et 22 h ». Et elle poursuit encore par deux séances hebdomadaires de musculation et préparation physique ! « indispensable dit-elle, pour faire face à des adversaires plus rugueuses en seniors ». Force est de constater que son travail et son opiniâtreté ont payé.

Pour se confronter à l’élite du judo français dans un mois, Farah dispose d’atouts non négligeables. Elle pourra s’appuyer dune part sur Lucie Saïdoun (+78kg) et Fréderic Cazaux (-100kg) respectivement qualifiés pour les France 2ème et 3ème division ; et d’autre part Jean et Mounir, rôdés aux joutes nationales en équipe et en individuel pourront lui faire partager leur expérience.

 

08/09/2017

Euromédecine - Jean Delonca, champion de France Universitaire s’incline 1/4 de finale Championnat d’Europe

Jean Delonca, combattant dans le club Montpelliérain du Jita Kyoei Judo 34 est étudiant à l’UFR STAPS où il vient de valider une licence Entrainement sportif. Il a décroché son précieux sésame pour *Coimbra en devenant champion de France Universitaire des 90 kg en mars dernier. Ce titre, qui désespère les Montpelliérains depuis près de 20 ans, a été un véritable déclic puisque Jean a enchainé plusieurs résultats probants.Ce fut d’abord une 5ème place au tournoi international de Barcelone en -100kg suivi d’une qualification pour les championnats de France 1ère division en novembre prochain.

1JudokaBis.jpg

 Jean Delonca sur le podium des championnats de France Universitaires

C’est donc en pleine confiance que Jean, accompagné de son coach Jean-Yves Cassan, représentait l’Université de Montpellier à Coïmbra fin juillet. Après avoir hérité d’un tirage au sort difficile il remporte une victoire par ippon sur le représentant espagnol. Il doit ensuite défier le combattant portugais devant son public, réussit cependant à s’imposer et atteint les quarts de finale.

Opposé au favori de la compétition, un polonais habitué des joutes internationales 7ème des championnats du monde 21ans en 2015. Jean Delonca finit par s’incliner face au futur champion d’Europe. Une blessure l’empêchera de défendre pleinement ses chances en repêchages.

 "Le mérite d'allier performance et containte des études"

Jean-Yves Cassan, directeur du service des sports de l’Université et responsable de l’activité judo au SUAPS soulignant cette belle prestation insiste sur « le mérite de ces étudiants qui parviennent à allier la performance sportive et les contraintes des études ».

*La ville portugaise de Coimbra, connue pour son Université séculaire a accueilli les épreuves de judo du 24 au 27 juillet. L’EUSA, la fédération européenne du sport universitaire organise chaque année les championnats d’Europe des Universités. Cette compétition prestigieuse regroupe des épreuves dans 19 sports sur 14 sites différents accueille des sportifs européens de 20 nations et 170 Universités.

08:45 Publié dans Education, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : judo, université, jean delonca, championnat europe | | | |

07/08/2017

Euromédecine – Sportif toute sa vie : à 93 ans Charles Mérard entretient sa forme en salle de sports

*Petite rétrospective d’articles publiés par Midi Libre et non insérés sur le blog Malbosc-Euromédecine

Vendredi 31 mars 2017

Silhouette élancée, crinière blanche et un sourire qui ne le quitte pas, Charles Mérard, 93 printemps, est seul de son âge salle des sports Saint Roch. Pour garder la forme, il vient 3 fois par semaine. Charles dit sa passion sportive et son parcours de vie avec une grande modestie.

Les sports, une passion de toute votre vie ? « Né à Oran en 1923, tout jeune j’aime le sport. Je commence par nager dans le port de plaisance d’Oran. Il n’y a pas de piscine, notre bassin de natation est délimité par des cordes tirées entre 2 chalands. Je fais aussi de la gymnastique, face à un miroir je me muscle avec des haltères, c’est à la mode ! Plus tard j’opte pour l’aviron et vis intensément la rivalité entre l’équipe d’Oran et celle du port d’Arzew faite de pêcheurs. « Il y avait des costauds avec de sacrés biscotteaux. Ils ne gagnaient pas toujours !».

charles mérard,salle de sports saint roch,euromédecine

 Charles Mérard avec Philippe Cazal, son coach en séance de musculation tirage-nuque

Mobilisé à 20 ans, trois ans durant vousparticipez à la libération de la France ? « J’ai 20 ans en 1943. Je suis affecté dans une compagnie de Force Terrestre Anti-aérienne de la 1ère Armée Française commandée par le général de Lattre de Tassigny. Après le débarq ?uement en Provence nous arrivons à Marseille pour effectuer un périple avec la 2e DB dans les Vosges et en Alsace. Nous redescendrons dans le Sud Ouest pour contenir, en appui des résistants FFI, les poches allemandes de Royan et l’ïle de Ré. Nous rejoignons ensuite les forces d’occupation en Allemagne. Février 1946, je suis démobilisé et c’est le retour au pays ! »

Et puis après le retour en Algérie viendra l’exil ? « C’estl’indépendance de l’Algérie. En 1963, avec mon frère nous réglons les problèmes de notre petite entreprise d’installation de sanitaires. Nous avons de la chance, nous ne partons pas en catastrophe. Après des années professionnelles difficiles à Paris, j’intègre une entreprise à Montpellier. Mais Oran, j’y pense toujours, mes souvenirs sont là-bas ! »

A l’heure de la retraite vous décidez d’entreprendre un parcours sportif remarquable ? « Je la prends pile poil à 60 ans, grâce à la mesure de François Mitterand. Je pratique le tennis au club de Juvignac 4 fois par semaine. Repéré par le professeur pour mon coup droit, mon revers et mon geste académique, il me propose de m’occuper des gosses très nombreux. A 66 ans, je passe avec succès les épreuves d’éducateur 1er degré pour les entraîner.

Ensuite je fais du VTT et du cyclotourisme avec des randos de 70/90 km, c’est vraiment sympa ! Je m’essaie aussi au ski dont j’ai tant rêvé, mais là je ne suis pas bon ! Je reprends la natation, la randonnée pédestre… Aujourd’hui j’entretiens ma forme en salle des ports. Jusqu’à quand ? Chaque année je prends l’avis de mon médecin !

 

16:07 Publié dans Associations, Loisirs/Culture, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : charles mérard, salle de sports saint roch, euromédecine | | | |