UA-71725595-1 UA-71725595-1
Accueil Montpellier Malbosc Euromédecine | Tous les blogs de Montpellier | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


23/05/2018

Malbosc – L’aqueduc Saint Clément de sa source jusqu’à Montpellier : balade pédestre pour découvrir un patrimoine

Encore trop peu de personnes le savent, il est possible de suivre à pied le cheminement de l’aqueduc Saint Clément de sa source au château d’eau du Peyrou. Cet ouvrage remarquable, construit de 1753 à 1766 sous la direction de l’ingénieur Henri Pitot, a été prolongé au début du 20ème siècle jusqu’à la source du Lez. Dans les années 1980, l’aqueduc dessert encore des riverains pour les alimentater en eau potable. En 1981, l’usine de captage des eaux du Lez est inaugurée, et en 1983 l’aqueduc cesse d’être opérationnel.

aqueduc-petites arches-montferrier.jpg

Les "petites arches" de Montferrier

Désormais hors service l’ouvrage de Pitot n’est plus entretenu. Son tracé disparaît parfois sous les broussailles, les dalles sont recouvertes de terre, de ronces, des arbustes et même des arbres le rendent inaccessible et menacent de le détruire, les bornes gisent à terre ou bien sont déplacées. A cet abandon s’ajoute une urbanisation, qui fait disparaître des tronçons entiers sous le goudron ou des bâtiments. On ne peut guère imaginer aujourd’hui qu’il traversait le carrefour de la Lyre à Montpellier !

L’action associative préserve le patrimoine

Dans les année 90, des associations se mobilisent pour sauvegarder ce patrimoine. La toute première à Montpellier sera CEVEN, avec entre autres Jean-Pierre Fredouille (décédé l’an dernier. Rejointe par SOS Lez Environnement et Non au Béton, toutes trois travaillent ensemble.

« A Montferrier aujourd’hui, souligne Jean-Michel Hélary président de SOS Lez Environnement, des bénévoles, aidés par une association de randonneurs de la commune, débroussaillent et de nettoient ». De plus avec l’aide de l'Association pour la Protection de l'Enfance et de l'Adolescence (APEA), des « chantiers de réparation » pour des jeunes en difficulté sont organisés ; les services de la ville assurent l’enlèvement des déchets végétaux. « L’objectif à terme est d’offrir une continuité sécurisée à travers toute la commune. La ville poursuit, à mesure du débroussaillage par les bénévoles, ce processus d’ouverture au public en finalisant les aménagements ».

promenade_aqueduc_montferrier.jpg

Parfois souterrain l'aqueduc réapparaît et se fait aussi aérien

A Montferrier, trois ouvrages sont remarquables : les « petites arches » de Montferrier ; les très beaux arceaux du Roularel, remis en valeur il y a 2 ans SOS Lez Environnement ; et les plus connus : les arceaux de la Lironde, avec ses 12 grandes arcades supportant 54 petites arcades, inscrit à l’inventaire des monuments historiques.

Balade commentée samedi 26 mai de la source de Saint-Clément de Rivière au domaine d’Ô à Montpellier. Contact SOS Lez Environnement 06 74 32 82 92.

17/05/2018

Malbosc – « Que d’histoires » à l’école Marguerite Yourcenar ! Une semaine des arts du langage jusqu'au 18 mai

La toute première école du quartier Malbosc va vivre des jours exceptionnels autour de la lecture avec toute « une semaine pas comme les autres » dédiée aux arts du langage. Elle va se traduire selon un programme spécifique à chaque classe.

Les parents disponibles ont été associés à cette démarche pour venir lire des histoires aux affiche.jpgenfants et les accompagner pour les balades contées. Et le programme s’est construit avec plusieurs partenaires des élèves de l’école élémentaire Rabelais, des étudiants, services civiques, l'EHPAD et son projet intergénérationnel, l’association de quartier Malbosc Bouge, la médiathèque Jean-Jacques Rousseau.

Il se traduira par un goûter littéraire, la création de mini-livres et des animations autour d'albums avec la médiathèque, des«Tipis» ou coins de lecture animés par les mamans, une lecture cadeau aux résidents de l’Ehpad par des élèves de grande section…

Mais ce n’est pas tout. Les écoliers rencontreront trois auteurs/illustrateurs de livres pour enfants : Pailine Comis, Chlotilde Staes et Perrine Boyer. Françoise Cadène, conteuse, effectuera des balades contées avec les neuf classes. Et s’y ajoute encore le dispositif "Silence : on lit" pour tous ; l’aménagement de la BCD autour de quelques auteurs (albums BCD et/ou malle de livres ) avec des enseignants supplémentaires ; et enfin une exposition de livres " Lire c'est partir". A noter aussi l’exposition à la Maison pour tous d’une exposition faite de portraits d'enfants avec leur livre préféré, un mur de la poésie et d'autres travaux.

15/05/2018

Malbosc – Une soirée dédiée à Joseph Deltheil au Café littéraire ce mardi 15

 Pour le dernier café littéraire de la saison Régine Seidel a choisi de mettre en lumière Joseph Deltheil, ce surréaliste de la première heure qui vécut plus de 40 ans à la Tuilerie de Massane si proche de Malbosc.

DeltheillerieML.jpg

La Tuilerie de Massane où vécu Joseph Delteil

« Avant la journée du 9 juin, anniversaire de sa disparition en 1978, organisée par la municipalité de Grabels, ce café qui lui est dédié a toute son importance ». Joseph Deltheil, né dans l’Aude à Villar en Val, a passé toute son enfance en Languedoc. Il passe ensuite quelques années à Paris et fut un des premiers surréalistes. « Ses biographes sont nombreux, et les thèses se multiplient avec plus ou moins de bonheur sur son œuvre . Il fut un homme incroyable, un écrivain fantastique ! » On peut encore apercevoir voir sa maison est là sur la droite en allant vers Grabels.

LaTuilerie de Massane : un patrimoine à réhabiliter

La soirée de ce mardi accueillera Christophe Corp, président de la revue Souffles*. « Elle a consacré un numéro à cet écrivain hors du commun. Les témoignages de célébrités telles que Luchini, Drouot, Soulages (un de ses amis proches), Madeleine Attal y côtoient des poèmes et des textes de talents d’ici tout aussi admirables. Même Christian Lacroix honore la première de couverture d’un de ses portraits colorés ». Ce dernier café de la saison sera animé par les chants et la musique de Marie-Josais Fages et son compagnon Jean-Michel Lhubac, des troubadours grands connaisseurs et diffuseurs de la culture occitane dans toute la région et bien au-delà.

Régine Seidel lance aussi un appel : « Pour clore gaiement la saison de nos cafés littéraires 2017-2018, nous vous espérons très nombreux, curieux, enthousiastes. Que tous ceux qui ont envoyé des textes pour ce numéro Deltheil viennent les lire ou les faire lire ce soir-là ! »

*La revue Soufles a lancé une pétition « Patrimoine en danger : Sauvons la Maison du poète Joseph Delteil à Grabels. Un lieu chargé d’un passé littéraire et artistique, un lieu de mémoire à préserver absolument, un lieu à réhabiliter et à léguer aux générations futures. Par son patrimoine immatériel, elle constitue un espace où s’est écrite la culture à Montpellier. Près de 10 000 signatures à ce jour. https://www.change.org

Mardi 15 mai à 19h 30 Régine Nobécourt-Seidel reçoit la Revue Souffles et le duo des Lhubac pour une soirée dédiée à Joseph Delteil, entrée gratuite, Maison pour Tous Rosa Lee Parks, Tram ligne 1 arrêt Malbosc

12/05/2018

Lycée J.Monnet - Alexandre Amiel présente son film aux lycéens : « Pourquoi nous détestent-ils, nous les Juifs ? »

A entendre leurs applaudissements, les lycéens de Jean Monnet ont manifestement été passionnés par le film « Pourquoi nous détestent-ils, nous les Juifs ? ». Ce vendredi Alexandre Amiel leur présentait ce documentaire co-réalisé avec Amelle Chahbi et Lucien Jean Baptiste. Une projection suivie d’un débat avec le réalisateur et animé par Elias Belassal, médiateur culturel et social d’UNI’SONS*.

3.jpg

Alexandre Amiel réalisateur (à gauche), Elias Belassal médiateur d'UNI'SONS

Invités à s’exprimer les lycéens n’ont pas hésité à prendre la parole, nullement intimidés devant les institutionnels dont le préfet Pierre Pouessel. Avec une grande spontanéité et fraîcheur ils ont su fait part à Alexandre Amiel de leurs sentiments et questionnement générés par le film. Ainsi à la question du pourquoi avait-il fait ce film, il en a fait la genèse. « Au lendemain de l’attentat de l’hyper Cacher de Versailles (janvier 2015) mon fils me demande pourquoi on nous déteste, nous les juifs ? Après réflexion j’ai réalisé que ce sentiment était partagé chez les juifs français. J’ai alors décidé de faire un film pour montrer le racisme dans sa globalité ». A un autre question de savoir s’il a subi le racisme dans sa vie. ? Il précise : « Non pas trop ou alors je ne voulais peut-être pas le voir. Mais ce n’est pas parce que suis pas victime que ça n’existe pas ! »

Le sentiment de n’avoir plus leur place en France

Ce film a été fait à trois : un cinéaste noir, une humoriste arabe, un réalisateur-producteur juif, tous français avec la volonté de porter la parole raciste à l’écran. « Parce que ce qui a changé c’est la libération de la parole, quand j’étais jeune le racisme était d’extrême droite. Aujourd’hui en un clic on y est immédiatement confronté avec internet et les réseaux sociaux. Parallèlement ce qui a changé c’est la peur et le repli sur soi ». Et de préciser que délibérément ce film ne se veut militant, ou moralisateur, mais donne à voir simplement la réalité de l’outrance de certains comportements et paroles. D’évidence à entendre ces propos discriminants nombre de personnes peuvent ressentir le sentiment de n’avoir plus leur place en France, mais ils peuvent aussi alimenter la réflexion de tous.

UNI'SONS. L’association organise des rencontres éducatives et débats citoyen avec des artistes. Dans un esprit d’échange et de proximité, elles visent la sensibilisation artistique culturelle par la rencontre avec l’avec l’artiste dans un cadre différent de celui de la représentation scénique. Autour de leur création, les artistes viennent discuter, échanger librement de leur métier, leurs parcours, la création artistique et ce qu’elle englobe. Contact. Elias Belassal 04 99 77 00 19

08/05/2018

Euromédecine – L’initiative bénévole d’étudiants d’IDELCA : chasse à l’œuf d’exception au village du Père Soulas

Les tout-petits et même les plus grands de 6 à 13 ans n’en sont pas encore revenus de la chasse aux œufs où ils étaient conviés au lendemain de la fête de Pâques au village du Père Soulas. Dans un premier temps les activités des plus grands ont alternés entre maquillage artistique, sauts et glissades gonflées, atelier de fabrication de panier en lianes, shooting photo polaroids instantanées et création de bulles de savon géantes.

photoPaques.jpg

Avec les enfants le groupe Shake, étudiants d'IDELCA

Tous se sont ensuite partagés entre une vidéo de fabrication du chocolat, etla peinture d’oeufs de Pâques en polystirène avec en récompense une barbe à papa. Il leur était ensuite proposé de laisser place à leur imaginaire pour dessiner un « lapin de Pâques» qui leur donnait droit à un permis de chasse aux chocolats !

Celle-ci aussitôt ouverte se voulait être une activité de partage chacun se retrouvant avec une collecte égale : les plus grands aidant les plus petits, ce qui fut fait. La journée s’est terminée par un goûter de jus de fruits bio et gâteaux maison, et chacun est reparti avec 2 pochettes cadeaux-surprises.

Tout a commencé par une idée...

Les étudiants d’IDELCA Business School de Jacou sont à l’initiative de ce projet qui leur tenait à cœur. Leur idée initiale était d’organiser Pâques pour des jeunes accueillis en Maison d’enfants. Contact a donc été pris avec le centre d’animation de l’association Mas des Moulins du village du Père Soulas. « Dès le feu vert nous, Samuel, Hassia, Andréa, Kim et Eva, nous sommes mobilisés trois semaines durant, jusqu’au matin même du Jour-J ». De contacts en rencontres, parfois négatifs, d’autres fois positifs ils n’ont rien lâchés. Et souligne Eva Chauvet. :« Et c’est avec plus de partenaires bénévoles que nous souhaitions que nous avons mené à bien ce projet, nous leur devons un grand merci ».

montpellier,euro-médecine,avec les enfants le groupe shake,étudiants d'idelca,jacou

De gauche à droite : Hassia Salha, Laura Irla, professeur en Project Management, Kim T errison, Eva Chauvet, Andréa Mesure de Caires, Samuel Verluise.

07/05/2018

Malbosc - Le Jita Kyoei Judo 34 premier des clubs d’Occitanie : 3 judokas qualifiés pour le championnat de France

Le Jita-Kyoei judo 34 chaque année qualifie ses combattants. Il n’a pas dérogé à la règle en 2018. Le club montpelliérain arrive même à réaliser la performance d’être le 1er club de l’Occitanie en décrochant, comme en 2017, trois sésames ! Pour avoir la chance d’intégrer l’élite du judo français, il lui fallait se classer dans les 3 premiers d’un des 5 tournois de sélection organisés fin avril dans toute la France. C’est chose faite, en novembre il participera aux championnats de France de judo à l’Arena de Rouen.

Champions4.png

Jean Delonca (2ème à droite) obtient une médaille de bronze

remise par Emilie Andéol championne Olympique à Rio 2016

Ce sera une grande première, amplement méritée, pour Lucie Saidoun, en +78kg. En effet, après avoir raté sa qualification de peu en 2017, Lucie s’est remobilisée à l’échelon inférieur où elle obtient une médaille de bronze aux championnats de France 2ème division. Sur la lancée de ce podium, elle retente sa chance avec succès cette fois-ci. Lucie qui est également professeur de judo au club de Sérignan fait la fierté de ses jeunes élèves.

Farah Ansotegui-Garcia y participera elle pour une 2ème fois en -52kg. En novembre dernier, lors des derniers championnats de France, Farah n’avait pas été gâtée par le tirage au sort qui lui a offert un 1er combat contre une membre de l’équipe de France. Cette fois-ci, avec un peu plus de maturité et de chance au tirage, elle pourra envisager de gagner des combats.

Enfin, Jean Delonca, auteur d’un beau parcours l’an dernier en -90kg, s’était fixé un défi de taille : se qualifier dans la catégorie inférieure des -81kg… Malgré un régime éprouvant (10 kg perdus) et pas moins de 6 combats, le pari est réussi. Jean tentera de rééditer sa belle performance des chamionnats de France 2017.

Le Jita Kyoei aurait pu améliorer son bilan final puisque Marie-Delphine Parpillon (-63kg) et Abed Aliane (+100kg) ont atteind la ½ finale de leur catégorie respective sans parvenir à concrétiser leur belle prestation. Ils pourront tenter, à l’instar du reste du groupe senior, de se rattraper aux championnats de France 2ème division tout en aidant Farah, Jean et Lucie à se préparer au mieux pour leur finale nationale.

03/05/2018

Malbosc – Avec FAM elles créent leur activité professionnelle : exposition « Des Métiers et des Femmes » à la MpT

Claudine.jpg« Elles inventent leurs métiers, en images et en mots et créent leur portrait. Une approche originale et créative », l’association Femmes Actives Mouv (FAM) invite à découvrir ainsi « Des portraits de femmes qui se sont lancées dans l’aventure de la création de leur activité professionnelle ». Les photos des actions de l’association Femmes Actives Mouv seront, également, présentées au public. Après le 4e salon des métiers de femmes organisé en avril, la deuxième édition de cette exposition* contribue à renforcer son audience auprès du grand public.Créé en 2011 à l’initiative de Claudine Vergaert FAM se voulait un réseau de communication ouvert aux femmes inscrites dans une dynamique d’action et souhaitant avancer vers la réussite de leur activité professionnelle et de leur développement personnel.

FAM un laboratoire d’expériences

« Aujourd’hui c’est un laboratoire d’expériences où chacune peut venir y travailler, tester, apprendre et se développer, dans une ambiance professionnelle et conviviale ». L’association a suivi plus de 550 adhérentes de tout âge, secteur d’activité et milieu socio-économique. Elle propose des actions durant l’année, agendas mensuels, actions animées par les salariés de l’association et des intervenants extérieurs. Elle informe et dirige les adhérentes vers les organismes spécialisés dans la création d’entreprise. « FAM a façonné ainsi un réseau d’adhérentes convaincues de la force d’un travail de groupe, de la richesse des échanges, de l’efficacité d’une mutualisation des savoirs et des moyens de communication ».

2016 - EXPO FAM 02.jpg

*Inauguration vendredi 4 mai 17 h 30 à 19 h 30. www.femmes-actives-mouv.fr, 06 32 73 39 30.

Exposition « Des Métiers et des Femmes » du vendredi 4 mai au vendredi 18 mai à la Maison pour Tous Rosa-Lee Parks, ouverte du lundi au vendredi de 9 h à 12 h 30 et de 14 h à 19 h. Tram ligne 1, arrêt Malbosc.

21:47 Publié dans Actualités, Associations, Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : montpellier, malbosc, femmes activ mouv, claudine vergaert | | | |