UA-71725595-1 UA-71725595-1
Accueil Montpellier Malbosc Euromédecine | Tous les blogs de Montpellier | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


30/04/2014

Spectacles de Montpellier-Danse à tarif préférentiel aux adhérents des Maisons pour Tous

Des spectacles de Montpellier-Danse sont proposés à un tarif préférentiel de 7.5€ aux adhérents des Maisons pour tous. Renseignements et réservations jusqu’au 31 mai au 04 67 79 22 18, Mpt George Sand, 25 bis Av.Saint-André de Novigens. Retrait des places sur la Maison pour tous George Sand à partir du 02 juin jusqu’au 21 juin. Les paiements se font à la Maison pour tous George Sand, le jour même du spectacle 12h dernier délai.

montpellier danse,maisons pour tous,mpt georges sand

 

EMPTY MOVES (part I,II & III) – Angelin Prejlocaj, mercredi 25 Juin 22h, théâtre de l’Agora. D’Angelin Preljocaj, on connaît bien les grandes fresques narratives. On sait moins qu’il crée, parallèlement, des pièces beaucoup plus intimes et plus abstraites, dont les fleurons sont certainement ces Empty moves, chorégraphiés sur Empty words de John Cage, complice et compagnon indéfectible de Merce Cunningham. Cette pièce comprend trois parties (dont la seconde créée pour Montpellier Danse en 2007 et la troisième qui sera créée cet été) que l’on verra pour la première fois réunies.

LES OISEAUX – Nacera Belaza, dimanche 29 Juin 20h, Studio Bagouet – CCN-LR. Toute création de Nacera Belaza est fulgurante. Dans sa matière, son exposé et sa force. L’étrangeté de la trajectoire, c’est qu’elle s’inscrive sur le plateau en un sensible étirement du temps, pour éveiller en nous les échos enfouis d’une vérité intérieure. Tout comme si, emprisonnée dans les conventions du social, minée par les injonctions à se projeter dans l’action et sa réussite effective, cette vérité était toujours en exil.

ATOMOS – Wayne McGregor, mardi 01 Juillet 20h, Corum. W. McGregor a chorégraphié pour les plus grandes compagnies du monde Il est aussi chorégraphe résident du très classique Royal Ballet. On connaît moins son goût pour les nouvelles technologies et le monde digital, ses installations pour de prestigieuses galeries,pour la National Gallery et le Centre Georges Pompidou, ou son travail pour le milieu de la mode. Fasciné depuis toujours par les sciences, les machines et la mécanique – qu’elle soit céleste ou corporelle. Atomos, entre de plain-pied dans les processus de recherche cognitifs et organiques. Il est relayé par un nouveau logiciel, intitulé “Becoming”, sorte de danseur grandeur nature doté d’intelligence artificielle, capable de transformer toutes ces informations en mouvements 3D avec lesquels les danseurs peuvent interagir.

De Marfin e Carne – Marlène Monteiro Freitas, mercredi 02 Juillet 18h, Théâtre de la Vignette. Bomba Suicida, tel est le nom, un rien provocateur, du plus énervé des collectifs d’artistes portugais. Marlene Monteiro Freitas en est une des figures repérées. Explosive, il va sans dire, comme sa danse. Née au Cap-Vert où elle cofonde la troupe Compass, Marlene Monteiro Freitas enchaîne avec des études de danse à Bruxelles et à Lisbonne. Autant de trajectoires qui dessinent un portrait mouvant de cette auteure-interprète. Aux côtés du trio Chaignaud / Bengolea / Harrell, de Boris Charmatz ou de Tânia Carvalho, la danseuse impose sa présence singulière.

CLAMEUR DES ARENES – Salia Sanou, mercredi 02 Juillet 22h, Théâtre de l’Agora. Figure de proue de la danse contemporaine en Afrique, Salia Sanou compose des gestes musculeux, pleins d’intensité profonde, vibrants aussi de préoccupations humanistes. Sans rien de folklorique, Clameur des arènes questionne le sens de la lutte qui anime toutes nos vies, déjà simplement pour être, avoir sa place, se réaliser. Puissance physique et écriture de la danse alertent la pensée. Avec vigueur.

ATTENDS, ATTENDS, ATTENDS… – Jan Fabre, vendredi 04 Juillet 18h, Studio Bagouet – CCN-LR. Attends, attends, attends... (pour mon père) est une réflexion sur le temps et la variabilité de ses rythmes, une exploration sur l’art de la procrastination, le délai ouvrant à un monde de possible, une réserve d’instants à venir où le désir et la mort se conjuguent dans la tension et l’attente. Mais comme toujours chez Jan Fabre, ce thème se perd dans toutes sortes de détours sinueux, tout comme un fils veut suivre son chemin sans penser au lendemain.

ENFANT – Boris Charmatz. samedi 05 Juillet 20h, Corum. Il faut une sacrée dose de talent – et sans doute un peu d’insouciance – pour mettre en scène une communauté d’enfants et quelques adultes danseurs. Boris Charmatz est cet homme qui ose. Enfant, pièce ambitieuse, est également un manifeste. L’innocence des enfants est-elle une fin en soi ? L’adulte est-il le manipulateur ou le manipulé ? Autant de problématiques que Charmatz aborde avec une intelligence du plateau.

  Le programme complet de Montpellier Danse 2014

 

 

27/04/2014

Disparition de Pierre Galindo toute une vie ouvrier des vignes des terres de Malbosc

Avant la ZAC il y avait cette terre de vignes, de blé et d’oliviers. Toute la famille Galindo, le père Marcos, son épouse Isabelle et les enfants Pierre, Rodrigue, Salvador, Marc, Rose, Lucie et Jean, s’y installe en 1949 au Clos Saint Roch puis au Mas Beau Soleil. Pierre qui alors a 20 ans travaillera toute sa vie à Malbosc comme ouvrier agricole, il est décédé le 5 avril 2014 à l’âge de 85 ans.

PierreGALIND0.jpg

Pierre Galindo vendanges de 1956 à l’entrée ouest du domaine du Château d’Ô

Jean Galindo, en hommage à son frère, lui dédie ces quelques lignes. « En 1956, sur la verte colline de Malbosc, c’était le temps où la vigne, le cheval et l’homme ne faisaient qu’un. Le labeur des hommes était rythmé par le pas des chevaux. Cinquante ans plus tard le vignoble s’est couvert d’une ruche humaine dynamique et bruyante ».

Pour en savoir davantage cliquer sur le lien ci-dessous :

Le paysage et le travail de la vigne d’avant la ZAC de Malbosc : les souvenirs de Jean Galindo

21:29 Publié dans Actualités, Famille, Nature/Environnement | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : montpellier, malbosc, zac de malbosc, famille galindo | | | |

26/04/2014

110 enfants participent à la chasse aux oeufs sur le parc Malbosc

Jamais encore les petits Malbosciens n’avaient été en si grand nombre, 110, à participer à la chasse aux œufs. Heureusement les mamans et papas avaient pris la précaution d’inscrire leurs enfants à cette nouvelle édition et les lots de chocolats approvisionnés en conséquence par les animateurs du comiré de quartier Malbosc-Bouge.

12OEUFS.jpg

A l’heure dite, munis de petits paniers ou sachets les enfants se sont lancés à la recherche des petits galets bleus, puis jaunes , puis rouges. A chaque récolte de galets les bénévoles du comité de quartier remettaient à chacun un sachet d’œufs. Et la dernière épreuve consistait à trouver une coquille contre laquelle ils recevaient, ô merveille : un lapin au chocolat !

montpellier,malbosc,comité de quartier,chasse aux oeufs,

Le départ donné les enfants accompagnés de leurs parents s'en vont à la recherche des galets bleus, jaunes ou rouges qu'ils échangeront contre des sachets d'oeufs au chocolat.

montpellier,malbosc,comité de quartier,chasse aux oeufs,

                       montpellier,malbosc,comité de quartier,chasse aux oeufs     montpellier,malbosc,comité de quartier,chasse aux oeufs     montpellier,malbosc,comité de quartier,chasse aux oeufs

 

15/04/2014

Lycée Jean Monnet : échange franco-allemand sous le signe des expressions imagées

Les germanistes de Jean Monnet accueillent dix jours durant des lycéens d’Heidelberg. Si les Français utilisent l’expression « Être au bout du tunnel », les Allemands le disent à leur façon : « Être de l’autre côté de la montagne » ; ou encore « Ne pas mettre tous les œufs dans le même panier » devient en allemand « Ne pas miser tout sur une seule carte" ; « Tourner autour du pot » devient « Tourner autour de la bouillie chaude » ; et plus prosaïquement : « Ce n'est pas tes oignons » devient « Ce n'est pas ta bière »…. Autant d’images qui surprennent ou amusent et sur lesquelles les lycéens du Hölderlin Gymnasium et de Jean Monnet ont travaillé ensemble, réalisant pour chacune un mini roman photo.

Cette réflexion sur les expressions imagées de chaque langue et leur représentation artistique est l’axe du projet pédagogique de cet échange. Au-delà du plaisir et du bonheur de ce travail de création collective, il participe à ce que cette rencontre soit encore plus authentique, et les élèves s’y impliquent davantage bien volontiers. Ainsi les Montpelliérains ont-ils réalisé un remarquable carnet de voyages. Ils y ont croqué, non sans humour, des instantanés de leur séjour à Heildelberg.

Austausch 2014_04_02 Géode.JPG

L'accueil s'est fait dans la Géode du lycée

A Montpellier les retrouvailles avec leurs correspondants ont été chaleureuses. Dix jours Heildelberg,Montpellier,Gerhardt Stenger, "Diderot le combattant de la liberté",durant ils ont partagé la vie familiale, et les cours du lycée avec leurs enseignants et accompagnateurs allemands et français : Beate Heinrich, Marlene Buselmeier, Luc Andral, Hélène Romann, Rainer Wannicke, Annette Traub. Le programme leur fait aussi découvrir Montpellier et le musée Fabre ; Nîmes, ses arènes et la Maison Carrée…Deux événement ont d’autre part ponctué le programme : la réception à Maison de Heildelberg et une conférence de Gerhardt Stenger "Diderot le combattant de la liberté".

« Ce type d’échanges est un élément important tant pour les élèves que les enseignants, souligne Rainer Wannicke, professeur d’allemand. C’est en quelque sorte un moment de grâce, c’est la vraie vie que nous partageons. L’apprentissage de la langue se fait dans la réalité, et nos élèves ne sont plus les mêmes ! »

12/04/2014

Malbosc - Les collégiens de Rabelais acueillent leurs correspondants espagnols

Il régnait une belle animation sur le parvis du collège Rabelais ce lundi 31 mars. Avec leurs professeurs Mar Bresson et Nathalie Borona, les élèves hispanisants accueillaient leurs homologues espagnols de Sant Feliu de Codines près de Barcelone. Les uns et les autres partageaient une certaine réserve voire même une petite anxiété pour cette première rencontre même si cet échange était préparé de longue date. Eh oui il fallait tout d’abord parler cette cette langue que l’on apprend en cours, converser pour de vrai et se comprendre.

P1230068.JPG

Mais le gouter d’accueil puis la remise du cadeau de bienvenue remis par chaque collégien à son homologue ont effacé cette réserve. Le séjour en famille puis le programme conséquent fait de cours, de découverte de Montpellier, de la Camargue, de cinéma et de rencontres conviviales contribueront à tisser des liens. Ils perdureront peut-être comme ceux noués l’an dernier avec des professeurs et quelques élèves de l'établissement de la ville de Paiporta (Valence). De passage à Montpellier ils seront de nouveau accueillis ce jeudi à Rabelais. 

Elèves Valence au collège.jpeg

Après une dernière journée en famille, les collégiens espagnols quitteront Montpellier dimanche, mais ce ne sera qu’un au-revoir puisqu’ils accueilleront les collégiens de Rabelais à Sant Feliu de Codines à la mi-mai.

 

20:20 Publié dans Actualités, Education, Famille | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

11/04/2014

Malbosc – Découvrir le chemin de l’aqueduc Saint Clément ce samedi 12 avril

L’aqueduc Saint Clément est bien connu aux dans sa partie aérienne du quartier des Arceaux, il l’est beaucoup moins dans sa partie souterraine à la hauteur de la clinique de Clémenville, du Conseil général, de Malbosc et du Domaine d’Ô où il réapparait timidement. Même s’il est emprunté par les pèlerins de Saint Jacques de Compostelle il reste encore méconnu du grand public.

La ville et le réseau "Montpellier main verte " organisent, dans le cadre de la découverte des jardins de Montpellier, une balade sur la partie du sentier allant de la clinique Clémentville au conseil général avec un accompagnateur de la CPIE Apieu. Son but est de découvrir la flore et la faune du sentier ainsi que son rôle de corridor pour la biodiversité.

Rendez-vous samedi 12 avril de 10 h à 12 h, parking en face de la clinique Clémentville, devant l'entrée du sentier (Tram 3 /station Astruc ou Bus10/arrêt St Gabriel), inscriptions au 04 67 20 99 00.

 

18:36 Publié dans Actualités, Associations, Loisirs/Culture, Nature/Environnement | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

09/04/2014

Bruits, insultes, jets de pierres…, exaspèrent des riverains du parc Malbosc

Depuis 6 mois ils attendent des actes de la mairie pour y remédier. Caillassage de leur habitation, insultes, bruits tard dans la nuit…, les riverains des Jardins de la Palmeraie (rue Martin Berthou) donnant sur le parc Malbosc sont excédés. A plusieurs reprises ils s’en sont ouverts aux représentants de la ville en particulier lors d’une réunion publique puis ensuite par une pétition adressée au maire le 18 octobre 2013. Manifestement leurs plaintes et demandes n’ont, à ce jour, pas été entendues : aucune information ne leur a été donnée. 

P1230085.JPG

Des aires de jeux et du mobilier urbain trop proches des habitations

Monique Yahi et Aurore Fredaigues s’inquiètent de ce silence et se font les porte-parole des riverains car avec les beaux jours ces nuisances vont reprendre de plus belle. « Il est indispensable que des mesures soient prises pour la tranquillité du quartier et surtout pour notre sécurité. A maintes reprise nous appelé la police, jamais elle ne s’est déplacée ! Pour les jets de pierres les plaintes déposées ont été classées sans suite… faute d’identification ! »

Deux propositions pour un "bon usage du parc"

La pétition adressée au maire, fait un relevé exhaustif et très précis des  nuisances comme celle des risques des jets de pierre et des dégâts matériels, des barbecues familiaux (non autorisés sur le parc) faits à l’aplomb des maisons, ou encore que les buissons et haies sont utilisées comme toilettes publiques, inexistantes sur le parc….. Cette pétition est assortie de la proposition de déplacer des parcs de jeux loin des maisons riveraines. Et d’une seconde ; la clôture, et la fermeture du parc la nuit de 21 h à 7 h. Des parcs publics de la ville, le parc Malbosc serait l’exception sur ce point. Ces mesures contribueraient aux yeux des riverains à son « bon usage » qu’ils appellent de leur voeux.