UA-71725595-1 UA-71725595-1

30/04/2014

Spectacles de Montpellier-Danse à tarif préférentiel aux adhérents des Maisons pour Tous

Des spectacles de Montpellier-Danse sont proposés à un tarif préférentiel de 7.5€ aux adhérents des Maisons pour tous. Renseignements et réservations jusqu’au 31 mai au 04 67 79 22 18, Mpt George Sand, 25 bis Av.Saint-André de Novigens. Retrait des places sur la Maison pour tous George Sand à partir du 02 juin jusqu’au 21 juin. Les paiements se font à la Maison pour tous George Sand, le jour même du spectacle 12h dernier délai.

montpellier danse,maisons pour tous,mpt georges sand

 

EMPTY MOVES (part I,II & III) – Angelin Prejlocaj, mercredi 25 Juin 22h, théâtre de l’Agora. D’Angelin Preljocaj, on connaît bien les grandes fresques narratives. On sait moins qu’il crée, parallèlement, des pièces beaucoup plus intimes et plus abstraites, dont les fleurons sont certainement ces Empty moves, chorégraphiés sur Empty words de John Cage, complice et compagnon indéfectible de Merce Cunningham. Cette pièce comprend trois parties (dont la seconde créée pour Montpellier Danse en 2007 et la troisième qui sera créée cet été) que l’on verra pour la première fois réunies.

LES OISEAUX – Nacera Belaza, dimanche 29 Juin 20h, Studio Bagouet – CCN-LR. Toute création de Nacera Belaza est fulgurante. Dans sa matière, son exposé et sa force. L’étrangeté de la trajectoire, c’est qu’elle s’inscrive sur le plateau en un sensible étirement du temps, pour éveiller en nous les échos enfouis d’une vérité intérieure. Tout comme si, emprisonnée dans les conventions du social, minée par les injonctions à se projeter dans l’action et sa réussite effective, cette vérité était toujours en exil.

ATOMOS – Wayne McGregor, mardi 01 Juillet 20h, Corum. W. McGregor a chorégraphié pour les plus grandes compagnies du monde Il est aussi chorégraphe résident du très classique Royal Ballet. On connaît moins son goût pour les nouvelles technologies et le monde digital, ses installations pour de prestigieuses galeries,pour la National Gallery et le Centre Georges Pompidou, ou son travail pour le milieu de la mode. Fasciné depuis toujours par les sciences, les machines et la mécanique – qu’elle soit céleste ou corporelle. Atomos, entre de plain-pied dans les processus de recherche cognitifs et organiques. Il est relayé par un nouveau logiciel, intitulé “Becoming”, sorte de danseur grandeur nature doté d’intelligence artificielle, capable de transformer toutes ces informations en mouvements 3D avec lesquels les danseurs peuvent interagir.

De Marfin e Carne – Marlène Monteiro Freitas, mercredi 02 Juillet 18h, Théâtre de la Vignette. Bomba Suicida, tel est le nom, un rien provocateur, du plus énervé des collectifs d’artistes portugais. Marlene Monteiro Freitas en est une des figures repérées. Explosive, il va sans dire, comme sa danse. Née au Cap-Vert où elle cofonde la troupe Compass, Marlene Monteiro Freitas enchaîne avec des études de danse à Bruxelles et à Lisbonne. Autant de trajectoires qui dessinent un portrait mouvant de cette auteure-interprète. Aux côtés du trio Chaignaud / Bengolea / Harrell, de Boris Charmatz ou de Tânia Carvalho, la danseuse impose sa présence singulière.

CLAMEUR DES ARENES – Salia Sanou, mercredi 02 Juillet 22h, Théâtre de l’Agora. Figure de proue de la danse contemporaine en Afrique, Salia Sanou compose des gestes musculeux, pleins d’intensité profonde, vibrants aussi de préoccupations humanistes. Sans rien de folklorique, Clameur des arènes questionne le sens de la lutte qui anime toutes nos vies, déjà simplement pour être, avoir sa place, se réaliser. Puissance physique et écriture de la danse alertent la pensée. Avec vigueur.

ATTENDS, ATTENDS, ATTENDS… – Jan Fabre, vendredi 04 Juillet 18h, Studio Bagouet – CCN-LR. Attends, attends, attends... (pour mon père) est une réflexion sur le temps et la variabilité de ses rythmes, une exploration sur l’art de la procrastination, le délai ouvrant à un monde de possible, une réserve d’instants à venir où le désir et la mort se conjuguent dans la tension et l’attente. Mais comme toujours chez Jan Fabre, ce thème se perd dans toutes sortes de détours sinueux, tout comme un fils veut suivre son chemin sans penser au lendemain.

ENFANT – Boris Charmatz. samedi 05 Juillet 20h, Corum. Il faut une sacrée dose de talent – et sans doute un peu d’insouciance – pour mettre en scène une communauté d’enfants et quelques adultes danseurs. Boris Charmatz est cet homme qui ose. Enfant, pièce ambitieuse, est également un manifeste. L’innocence des enfants est-elle une fin en soi ? L’adulte est-il le manipulateur ou le manipulé ? Autant de problématiques que Charmatz aborde avec une intelligence du plateau.

  Le programme complet de Montpellier Danse 2014

 

 

Les commentaires sont fermés.