UA-71725595-1 UA-71725595-1

15/03/2013

Malbosc – Avant la ZAC il fut sur ces terres un temps pour les oliviers, le blé et la vigne

Ces 2 photos de Malbosc, prises sous le même angle à la hauteur du 1000 de l’avenue Hémingway (ex route de Grabels), disent  beaucoup de la transformation du quartier. Le paysage urbain de l’une laisse deviner aisément la vie du Malbosc d’aujourd’hui avec son tramway, ses immeubles, services et équipements. L’autre, avec au premier plan une moissonneuse batteuse en action (probablement dans les années 1990), donne à voir toute la perspective de la colline jusqu’au bosquet de pins sur le plateau. Cette photo révèle le labeur des hommes qui ont travaillé cette terre les vignes sur le plateau et les coteaux et les oliviers qui ne se remettront jamais de la froidure de l’hiver 1954/55.

 6célinerecadrée.jpg

Moissonneuse en action il y a une vingtaine d'années (probablement 1990)

La rue de Malbosc se profile en haut sur la droite de la photo

Les premiers des 7000 habitants de Malbosc ont emménagé l’été 2003. Aujourd’hui cette ZAC compte 2300 logements et se termine, la ZAC du Coteau (un temps nommée Malbosc 2) se profilera bientôt dans sa continuité  avec quelque 1300 logements.  Ils seront construits pour partie sur le plateau, à gauche de la rue de Malbosc, puis sur les terrains qui jouxtent le Lycée Jean Monnet. Cette nouvelle urbanisation fera la jonction avec la ZAC des Pierres vives. Le parc Malbosc reste bien évidemment préservé.

ZACmalbosc1.JPG

La ZAC de Malbosc aujourd'hui vue sous le même angle

Les élus, urbanistes et architectes tirent un dernier trait sur le Malbosc d’avant ces trois ZAC. Cette urbanisation efface le paysage façonné par des hommes et des femmes, ouvriers agricoles des domaines ou propriétaires de petites parcelles qui ont travaillé cette terre, et contribue ainsi au grand oubli de leur labeur.

Les commentaires sont fermés.