UA-71725595-1 UA-71725595-1
Accueil Montpellier Malbosc Euromédecine | Tous les blogs de Montpellier | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


23/08/2012

Malbosc – Première des nuits d’Ô la « Nuit Argentine » ce jeudi 23 août

Tout le programme de ces 6 nuits de cinéma et musique en plein air pour tous  jusqu’au samedi 1er septembre.

Organisées par Hérault Musique Danse et le Département de l’Hérault, « Les Nuits d’O » offrent six nuits, six thèmes et six ambiances à savourer sous les étoiles. L’organisation de ces soirées est bien rôdée : le domaine d’O accueille le public dès 19h, début des concerts à 20h, présentés par le Maître de cérémonie Marc Pastor.

NB. Il est encore possible de réserver pour le film « « Fantastic Mister Fox » de la « Nuit en famille »

Tout le programme

Nuit Argentine jeudi 23 août. Concert sous la pinède Quatuor Caliente (tango). Film "Dans ses yeux" (2010) de Juan José Campanella. Concert sous chapiteau Las Hermanas Caronni (chanson traditionnelle).

Nuit Chet Baker vendredi 24 août. Concert sous la pinède inédit d'Alex Tassel (jazz). Film dans l'amphi "Let's get lost" (1990) de Bruce Weber. Concert sous chapiteau  Scotch & Sofa (chanson jazz).

Nuit pétillante samedi 25 août. Concert sous la pinède Nadéah (folk). Film dans l'amphi "Tout ce qui brille" (2010) de Géraldine Nakache et Hervé Mimram. Concert sous chapiteau Gablé (entre hip hop, rock, électro, trip hop, folk et pop). Autour des vignerons héraultais, le Département vous offre une dégustation gratuite et un verre entre 19h et 21h.

Nuit en famille jeudi 30 août. Concert sous la pinède Super Mosai (pop jeune public). Film dans l'amphi "Fantastic Mister Fox" (2010) de Wes Anderson (VF - Film conseillé aux enfants à partir de 6 ans).

Nuit des percussions  vendredin31 août. Concert sous la pinède Quatuor Puls' (ensemble de percussions.  Film dans l'amphi "Sound of noise" (2010) de Johannes Stjarne Nilsson et Ola Simonsson.  Concert sous chapiteau : Kouyaté et Neerman (world/jazz).

Nuit groove samedi 1er septembre. Concert sous la pinède Jazzanova (soul/funk). Film dans l'amphi "Soul Kitchen" (2010) de Fatih Akin. Concert sous chapiteau A state of mind (hip hop).

NB. Une boisson bio est offerte pour les personnes utilisant un mode de transport doux pour venir aux Nuits d’O (covoiturage, tramway, vélo). Une restauration sera à votre disposition sur le site.

Les films programmés aux Nuits d'O ne sont pas forcément tous adaptés au jeune public. Renseignez-vous !

Réservations.  Au Domaine d'O et par téléphone au 0 800 200 165, du lundi au vendredi de 13h à 18h ; les samedis 25 août et 1er septembre de 18h à 21h30 ; les 23, 24, 30 et 31 août de 13h à 21h30. Ou tout simplement sur billetterie.domaine-do-34.eu. Tarif 6€, gratuit pour les moins de 6 ans.

Télécharger le programme. Plus d'info par téléphone au 04 67 45 71 10 ou sur http://www.heraultmusiquedanse.fr/les-nuits-d-o.html...

09:33 Publié dans Actualités, Famille, Film | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : nuits d'ô, domaine d'ô, cinéma en plein air, montpellier, malbosc | | | |

12/08/2012

Malbosc – Jean Galindo raconte ici l’été au Clos Saint Roch : sa première colonie de vacances, un dimanche, le seul, à la plage avec ses parents et le travail des vignes

Rubrique « Témoignages du Malbosc d’hier et aujourd’hui »

« Pendant la période de l’école primaire nous avions les visites des médecins dentistes et ayant constaté quelques caries dentaires j’avais droit aux soins gratuits à l’hôpital saint Charles et la visite du médecin généraliste se passait au mois de Mai, parfois en baissant la culotte de l’élève le médecin plaisantait avec son assistante, disant : c’est pas du muguet que tu as sur ta culotte ! La visite médicale permettait à quelques enfants de profiter de colonies de vacances à la mer, au mois de juillet ou août, j’étais de ceux là et pendant un mois je profitais des bains de mer sous le soleil de Valras Plage prés de Béziers.

Jeancoloniedevacances.jpgJean à 9 ans en colonie de vacances à Valras-Plage en 1951

Nous logions dans des baraquements en bois posés sur des plots en bétons, les fenêtres grillagées de moustiquaires laissaient passer l’air frais du matin ce qui m’avait provoqué une belle angine et extinction de voix le tout soigné avec du bleu de Mytilène, le petit déjeuner composé de chocolat au lait ou chicorée au lait étaient accompagnés d’une tartine de pain et d’un copeau de beurre, le déjeuner un peu plus consistant nous paressait toujours insuffisants pour nos jeunes estomacs et le soir c’était la soupe aux légumes toujours trop chaude qui, un jour avait accidentellement était versée sur le dos d’un copain qui avait poussé un grand cri de douleur après quoi nous n’avons eu plus de soupe.

Après la sieste obligatoire et silencieuse nous sortions sur le sable à l’ombre des baraquements et nous jouions aux osselets. La baignade surveillée de près ne durait que très peu de temps à notre sens et nous creusions le sable à la recherche de l’eau. Les promenades sur le bord de la page nous obligeaient de passer pieds nus dans des marécages noirs et gluants où les crabes nous faisaient craindre les pincements. Le soir sous les étoiles, le moniteur nous amenait sur la plage et nous racontait des histoires que nous écoutions avec grande attention, il nous laissait toujours en attente du dénouement car le lendemain l’histoire continuait et notre attention était aussi présente.

Je me trouvais bien, le temps passait rapidement et un jour mes parents sont venus me voir, c’était l’occasion de faire un repas au restaurant et de leur raconter mes activités de colon.

Les vacances ne se passaient pas toujours en colonie, Juillet et Aout étaient des mois propices à la remise en état du sol de la vigne achetée en mauvais montpellier,malbosc,famille galindo,palavas,colonie de vacances,valras plageétat, la terre que mes frères Salvador et Marc avaient commencé à travailler. Ils n’étaient pas arrivés à supprimer le chiendent qui avec ses rhizomes clavait le sol et empêchait les racines de la vigne de se développer. Les premières années, l’araire tiré par le mulet soulevait le chiendent en gros paquets et il était de mon devoir de séparer les rhizomes de la motte de terre puis je devais en faire des tas pour ensuite les évacuer sur la rase du terrain en attente d’être brulés en hiver, la sécheresse du sol et le soleil arrivaient petit à petit à nettoyer la vigne. Ce travail apparemment facile ne me passionnait pas car le soleil de la vigne n’était pas le même que celui de la plage, il faisait trop chaud et pas assez de copains même si mon père et le mulet étaient de bons compagnons aux allers et retours incessants."


Un dimanche à Palavas

"Un dimanche mes parents décidaient d’aller à la mer, alors c’était toute une expédition, nous devions prendre le repas qui se composait surtout de tomates, œufs durs, sardines à l’huile en boîte, fruits et la pastèque à chair rouge et gros pépins noirs en dessert, pour se mettre un peu à l’ombre mon père avait récupéré une bâche.

Nous partions par la route de Grabels à pied en direction de Montpellier vers sept heures et nous prenions le petit train de Palavas deux heures après. Il fallait une bonne heure au petit train pour faire le trajet Montpellier Palavas les flots. Nous avions tout notre temps pour regarder le paysage mais à genoux sur le banc en bois et le front appuyé sur la vitre de la fenêtre. La fumée venait de temps en temps envelopper les quelques arbres ou les joncs qui habillent notre fleuve local, le Lez et en arrivant dans la gare de Lattes la locomotive faisait un plein d’eau se désintéressant des voyageurs impatients. Une odeur particulière de mer venait caresser nos narines, le wagon s’ébranlait puis suivait le canal et pénétrait entre quelques maisons basses puis s’arrêtait, la locomotive poussait son dernier souffle en crachant un jet de vapeur, nous étions arrivés.

Il fallait se diriger toujours à pied vers la mer et chargés de la bâche et du panier mes parents m’entrainaient vers la grande croix en fer plantée non loin du sémaphore indiquant l’entrée du canal pour les pêcheurs et la sortie de l’eau du Lez. Nous rentrions sur la plage, je sentais sous mes pieds le sable chaud qui glissait et j’avais une légère difficulté à tenir debout, arrivés contre la jetée mon père fixait la bâche et pressé de me mettre à l’eau je me mettais en maillot mais l’autorisation de la baignade se faisait attendre. Enfin pour la première fois je voyais mon père en petite tenue s’avancer dans l’eau et il se jetait l’eau sur son buste en se frottant. J’allais vers les vagues et je m’essayais à nager sans boire la tasse. Ma mère sur le bord de l’eau me surveillait elle avait relevé sa robe noire au dessus des genoux et se laissait mouiller les pieds suivant la hauteur des vagues qui venaient se faire absorber par le sable. Le repas de midi avalé avec un peu de sable dans les aliments, mes parents restaient sous la bâche tandis que je me plaçais contre le mur dans la bande d’ombre et je remarquais une autre croix couchée sur la plage qui s’allongeait au fil du temps.

Vers quatre heures les affaires étaient remballées et le petit train nous récupérait pour le chemin inverse du matin, trop fatigué pour rentrer à pied de Montpellier à la maison, mon père négociait le prix du voyage en taxi. Tous les taxis étaient stationnés sur la rue Maguelone prés du petit jardin face à la gare SNCF. Le retour en voiture nous soulageait et nous permettait d’arriver de bonne heure pour retrouver mulet et basse cour. Je me souviens de ce voyage à la mer car il n’y en a pas eu d’autres par la suite, les dimanches de mes parents ressemblaient aux autres jours, les soins apportés au mulet et aux animaux étaient indispensables, mon père se permettait une petite sieste, ma mère après avoir récupéré le linge de toute la famille le rangeait pour la grande lessive." »

Témoignages du Malbosc d’hier et d’aujourd’hui

- 1 - Chronique familiale, souvenirs d'enfance de Jean Galindo.

- 2 - Malbosc, mes premiers pas dans la campagne .Eté 1949

- 3 - Malbosc, ainsi va la vie au Clos Saint Roch...

- 4 - Alors que se profile le départ des 4 aînés du nid familial,...

07/08/2012

Malbosc – Les premiers rendez-vous de la rentrée à la Maison pour Tous Rosa Lee Parks et bientôt le nouveau programme d’activités

Après l’Antigone des associations le dimanche 9 septembre, il vous faut noter sur vos agendas la semaine « Portes Ouvertes » du lundi 10 au vendredi 14 septembre pour découvrir le programme des activités 2012/2013. Elle sera suivie de la journée des inscriptions le lundi 17 septembre. Et puis le samedi 29 septembre « la Maison pour Tous fête sa rentrée ».