UA-71725595-1 UA-71725595-1
Accueil Montpellier Malbosc Euromédecine | Tous les blogs de Montpellier | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


03/03/2012

Malbosc – « CaphARTnaüm », succès d’audience du Festival de créations artistiques jeunes

La bonne audience des deux soirées, plus d’une centaine de personnes à chaque fois, a révélé qu’il existe un vrai public pour ce Festival  de créations artistiques jeunes qui en est à sa 2e édition. Lors de la première soirée Aurélie Peyrou, animatrice de la MPT chargée de l’organisation de ce festival, a souligné quelques uns de ses intérêts : « Donner l’opportunité à de jeunes artistes locaux, individuellement ou collectivement, de partager leurs passions et leurs talents et offrir au public de découvrir la diversité de pratiques artistiques parfois encore méconnues ». Ce fut précisément le cas de la Beat Box une pratique musicale qui se développe et a déjà un festival en France  le Human Beatbox festival de Dijon, 5e édition début avril. « Le human beatbox (c’est-à-dire boîte à rythmes humaine), ou multivocalisme consiste en l’imitation vocale d’une boîte à rythme, de scratchs et de nombreux autres instruments principalement de percussions » (Wikipédia). Big Piggy Prod, un Malboscien, en a fait une brillante démonstration qui a enchanté le public. 

Animation2.JPG

Maud Bourgeais, Simon Bau et Julien Soulage étudiants de l'ESMA

Mais le programme de « CaphARTnaüm » ne s’est pas limité à cette seule performance musicale. Il a offert entre autres un match d’impro, avec le Taust et la compagnie des Wookies, un atelier chorégraphique Hip Hop avec la compagnie Darkligtne et la projection de films d’animation en images de synthèse réalisés par des étudiants de l’Ecole Supérieure des Métiers Artistiques.

Trois d’entre eux, Maud Bourgeais, Simon Bau et Julien Soulage, ont dit brièvement ce qu’étaient les images de synthèse, le processus de création, le recours à l’outil informatique pour les générer… Ils ont souligné les potentialités de cette technique : « qui repousse toujours les limites de l’imagination dans la création ». Interrogés sur leur devenir professionnels, ils se sont montrés optimistes : « Nous pouvons travailler dans différents domaine : la publicité, le cinéma d’animation, les documentaires, les jeux vidéos… »

Les films projetés ensuite ont réjoui les enfants et permis aux adultes de mesurer la qualité du travail et le professionnalisme des réalisateurs. L’un d’entre eux, le film « Au Poil », de Julie Duverneuil et Nicolas Perraguin, a été diffusé en février au Festival Cours Devant du Futuroscope.Maud Bourgeais, Simon Bau et Julien Soulage,

Les commentaires sont fermés.