UA-71725595-1 UA-71725595-1

13/03/2011

Malbosc - Le petit mas familial « Beau Soleil » intrigue

P1070531.JPGCe « Mas Beau Soleil », perdu au milieu des 2100 nouveaux logements de la ZAC de Malbosc, en surprend plus d’un. « Mon père, Marcos Galindo, l’a acheté en 1949. Ce n’était alors qu’un simple mas de vignes au confort très rudimentaire : une cheminée, une pompe Japy pour puiser l’eau d’une citerne, un semblant d’évier surplombé d’un petit réservoir avec un robinet… » Manifestement cette maison ne convient pas à une famille de 7 enfants. En attendant sa restauration, une autre maison, délabrée et en mauvais état mais bien plus grande, les accueille tous.

Jean, le dernier né de la famille Galindo, conte l’histoire familiale. « Malbosc était une vraie cambrousse. Les terres de mon père se limitaient à un hectare de vignes abandonnées et d’oliviers plus que centenaires qui ne produisaient plus ». Marcos s’attache à mettre en valeur ses vignes. La tâche est difficile. La priorité est de travailler la terre familiale même si, pour vivre, Marcos a un fermage de plusieurs hectares.

 JeanGALINDO.jpg

Jean Galindo en 1952, un cheval remplace enfin le mulet.

Ainsi, après la taille, il faut ramasser les sarments, parfois couverts de givre blanc. « C’est un travail pour toi : tu es tout petit et donc plus près de la terre », lui dit gentiment son père. Les temps sont rudes et toute la famille s’y met, quelquefois au détriment de l’école. « J’avais la chance inouïe de préparer le bac technique. Je m’accrochais à mes études car je savais ce qu’était le travail de la terre. Lors des gros travaux indispensables, mon père me demandait d’écrire un mot d’excuse au directeur. Je doute cependant que le directeur ait été dupe ». Marcos est très fier de son fils qui fait des études.

 MARCOetISABELLEbis.jpg

Marcos et Isabelle arrivent à Malbosc en 1949

Après une brève maladie, son père décède en 1960. La donation partage se fait. Sa mère Isabelle conserve le mas et ses frères assurent l’exploitation des terres. Jean travaille dans un bureau d’études à Nice où il rencontre son épouse Claudie. En 1970, ils s’installent avec leurs enfants Claude et Thierry à Beau-Soleil. En 2002, il réussit à préserver le mas familial au sein des 2100 logements neufs de la ZAC. Il y vit avec un sentiment de reconnaissance pour son père : « Certes, il ne parlait pas comme Giono. Mais, bien qu’illettré, il savait se faire comprendre car il avait appris le patois d’ici. Et surtout, comme les anciens d’alors, il savait mener sa vie».

 1000rteGRABELS.jpg

La famille Galindo s'installe au 1000 route de Grabels le temps d'aménager et d'agrandir sur la colline de Malbosc le petit mas de vignes qui prend alors le nom de Beau Soleil.

P1070534.JPG

17:58 Publié dans Famille, Nature/Environnement, Urbanisme | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : montpellier, malbosc, mas beau soleil, vignes, jean galindo | | | |

Commentaires

Super article moi qui est été avec les enfants Galindo à l'école c'est bien qu'ils aient pu préserver la maison de famille moi j'habité plus bas au 2125 avenue père soulas c'est le car de ramassage qui nous emené à l'école d'assas berthe Morizot maintenant .D'ailleurs le car faisiaT demi tour à Gimel arret de tram euromédecine. Nous étions très éloigné du centre ville d'ailleurs après le 2125 il n'y avait plus d'éclairage public c'était la vrai campagne et nous avions beaucoup d'espace pour jouer et faire des cabanes Amitié à la famille Galindo

Écrit par : ravier | 13/03/2011

Moi aussi je me joint au commentaire de mon frère Laurent enfin je pense que c'est lui qui a écrit je me poses souvent la question à chaque fois que je passe devant le mas des Galindo savoir si c'était toujours les enfants qui habitaient la maison qui à bien changé et est très jolie
Nous étions à l'école ensemble et c'est vrai que nous avions de très grands espace pour jouer, nous étions alors au bout du monde comme l'a dit mon frère l'éclairage public s'arrétter au niveau de notre maison le 2125 avenue du père soulas ou route de Grabels.
Il y avait aussi une famille un peu plus bas que le mas des Galindo d'ailleurs la maison est toujours la mais je ne sais pas si c'est la même famille.
Je trouve super d'écrire ce témoignage sur la vie de votre famille j'attends avec impatience de lire la suite merci de tout ces souvenirs et aussi pour ces photos en espérant avoir de vos nouvelles à bientôt Bernadette Ravier

Écrit par : Ravier bernadette | 12/02/2012

Les commentaires sont fermés.